L’angélique

Angelica archangelica L.

Apiaceae

L’angélique est une plante bisannuelle qui produit la première année de grandes feuilles découpées puis la deuxième année une imposante inflorescence qui porte de nombreuses ombelles de fleurs vert-jaune et peut atteindre 2m. Cultivée depuis le moyen-âge, elle est aujourd’hui largement naturalisée dans les zones tempérées d’Europe, dans les prairies humides ou le long des cours d’eau.

L’angélique est une des rares plantes médicinales à avoir cheminé au cours de l’histoire du Nord vers le Sud.  Originaire des zones les plus septentrionales d’Europe (Islande, Scandinavie), elle aurait été importée en Europe occidentale par les Vikings ou par des moines qui évangélisèrent la Scandinavie à la fin du 9e siècle et qui la ramenèrent avec eux.

Son nom latin, Angelica archangelica, vient d’une légende qui veut que ce soit un archange qui enseigna les propriétés médicinales de la plante aux hommes afin de se protéger de la peste. Cette plante a été longtemps considérée comme une panacée, éloignant les maladies et protégeant des mauvais sorts, avant de tomber progressivement et injustement dans l’oubli.

En 1810, Bordard dans son Cours de botanique médicale comparé dit à propos de l’angélique : « Nous voyons avec peine qu’une plante si active et si riche en propriétés soit si peu usitée de nos jours, tandis qu’on adopte avec enthousiasme quelques remèdes exotiques dont la nouveauté, la rareté, la cherté font seules tout le mérite ».

Actuellement l’angélique est utilisée pour faciliter la digestion, soulager les spasmes intestinaux et les ballonnements, ainsi qu’en complément dans le traitement des bronchites.

Le genre botanique Angelica est riche de nombreuses espèces botaniques, en particulier en Asie comme le Baizhi, Angelica dahurica ou le Dong Quai, Angelica sinensis, deux plantes importantes de la médecine traditionnelle chinoise.

Outre ses vertus médicinales, l’angélique est employée en liquoristerie, comme dans la bénédictine ou la chartreuse ainsi qu’en pâtisserie et en confiserie.

Voici une recette qui vous permettra de redécouvrir le véritable goût de l’angélique confite car actuellement on utilise bien souvent des tiges de céleri aromatisées et colorées en place de l’angélique…

Tiges d’angélique confite

Prendre les plus jeunes tiges
Placer dans une poêle en couvrant d’eau
Faire bouillir environ 10 minutes
Egoutter et réserver l’eau de cuisson
Eplucher les tiges
Refaire bouillir avec la même eau jusqu’à ce que les tiges verdissent
Egoutter
Préparer un sirop avec 500 g de sucre et 500 ml d’eau
Plonger les tiges d’angélique dans le sirop et laisser cuire à feu très doux (environ deux heures) jusqu’à ce que les tiges deviennent transparentes
Egoutter et stocker au frigo.
Garder le sirop qui est très aromatique et peut servir en pâtisserie.

Précautions
Comme d’autres plantes de la famille des Apiaceae, l’angélique peut provoquer des réactions cutanées par photosensibilisation (par contact avec la plante). Cela est dû à des composés naturellement présents dans toute la plante, les furocoumarines.

Notre effort écologique
39 698 KM
Kilomètres à vélo
électricité produite
547 519 kwh
électricité consommée