Le tilleul

Tilia sp.

Malvaceae

Le tilleul fait partie des plantes les plus utilisées en infusion pour son goût agréable de miel qui en ferait presque oublier ses propriétés médicinales.

A l’état sauvage, il existe deux espèces de tilleul :
Le tilleul à petites feuilles, Tilia cordata Mill., aux feuilles de 5 à 7,5 cm, en forme de cœur, et portant des poils roux à l’aisselle des nervures.

Et le tilleul à grandes feuilles, Tilia platyphyllos Scop., dont les feuilles peuvent atteindre 12 cm. Ses fleurs sont moins nombreuses, portées par des bractées* plus grandes (une dizaine de centimètres)). et très parfumées. C’est l’espèce la plus recherchée.
L’hybride des deux espèces est appelé tilleul commun, Tilia x europea L. Il est fréquemment planté en arbre d’alignement car très résistant et s’adapte à de nombreux types de sols..

Le tilleul est un arbre à croissance lente. Sa longévité peut atteindre plusieurs centaines d’années, comme le tilleul de Bergheim dans le haut Rhin, âgé de 700 ans. Ses dimensions sont parfois impressionnantes, jusqu’à 40 m de hauteur et plus de 10 mètres de circonférence.

Dans la région, le plus ancien est le tilleul dit « de Sully » à Saint Martin en Vercors, planté en 1597. Sully, ministre de finances d’Henri IV, obtint de ce dernier un édit de par lequel il était ordonné de faire planter un ormeau dans le cimetière de toutes les paroisses, au-devant de la porte principale de l’église, là où se tiennent les assemblées de la communauté ou de la paroisse à l’issue de la messe du dimanche. En Dauphiné, l’orme fut remplacé par le tilleul. Par reconnaissance, les habitants donnèrent à cet arbre le nom de Sully.

Dans la Drôme, chaque ferme possède son tilleul, qui apporte une ombre agréable et dispense son parfum au début de l’été. On le trouve fréquemment greffé avec des variétés à grande bractées, la cueillette constituant un revenu complémentaire intéressant. Traditionnellement, c’est la première production de la saison avant les vendanges, suivie des noix.

Aujourd’hui, la cueillette se concentre dans quelques régions seulement, notamment dans les Baronnies (Drôme provençale). On y trouve de nombreuses variétés de tilleul, comme le Benivay. Une véritable tradition de cueillette y perdure et la région a fourni jusqu’à 90% de la consommation nationale au début des années 80 !

La foire internationale du tilleul se tient d’ailleurs au cœur des Barronnies, à Buis les Baronnies, le 3ième samedi de juillet. Historiquement, c’est durant cette foire que se fixait le cours du tilleul pour la saison.

En herboristerie, la bractée de tilleul est employée dans les troubles du sommeil, la nervosité, les spasmes digestifs. Il est aussi utilisé comme calmant et  sédatif, à conditions de respecter les doses, car le tilleul peut s’avérer excitant lorsqu’il est pris en trop grande quantité. Un dicton illustre ce phénomène : « Une pincée apaise, une poignée excite ».

C’est aussi un adoucissant et un sudorifique** utilisé dans les pathologies hivernales : refroidissement, toux, grippe. En cosmétique, il soulage les inflammations de la peau.

L’aubier, la partie vivante de l’écorce, est un dépuratif et un diurétique. Il élimine les toxines de l’organisme et prévient la formation de calcul dans les reins (la  « gravelle ») mais il ne faut pas l’employer de manière prolongée au risque de fatiguer les reins (cure de dix à vingt jours maximum)

Infusion de tilleul pour la beauté

Une simple infusion de tilleul constitue une lotion agréable pour nettoyer la peau en douceur, soulager les irritations (vent, soleil, pollution). C’est aussi un soin des cheveux fragiles et dévitalisés.

Pour cela préparer une infusion avec les bractées à raison de 10 à 20g par litre d’eau.

Notre effort écologique
39 698 KM
Kilomètres à vélo
électricité produite
547 519 kwh
électricité consommée