Cardamome

Elettaria cardamomum (L.) Maton

Zingiberaceae

La cardamome pousse à l’état naturel sur la côte de Malabar, dans le sud-Ouest de l’Inde, mais elle est largement cultivée au Sri Lanka, au Vietnam, au Cambodge ainsi qu’au Guatemala et à Madagascar.

Elle appartient à la famille des zingiberaceae, comme le gingembre, le galanga ou le curcuma. Contrairement à ces espèces, pour la cardamome ce n’est pas le rhizome qui est récolté mais les graines, appelées aussi graines du paradis. Elles possèdent un goût singulier, à la fois frais, piquant et citronné.

Une autre espèce proche est cultivée : la cardamome brune, Amomum subulatum, de taille supérieure, plus forte et camphrée. Quant à la cardamome blanche, il s’agit d’une cardamome verte qui est blanchie artificiellement.

L’utilisation de cette épice est très ancienne comme l’atteste une mention en hiéroglyphe datant du 7ième siècle avant JC. Les auteurs antiques comme Théophraste, Dioscoride ou Pline l’ancien évoquent déjà la cardamome.

Elle est utilisée dans la cuisine asiatique traditionnelle en Inde et en Chine. A table, c’est un incontournable des massale mais c’est une épice qui convient aussi pour les pâtisseries.

Les graines sont conservées dans leur fruit pour préserver leur parfum et elles sont extraites puis éventuellement broyées au moment de l’utilisation.

La cardamome est employée en médecine, notamment ayurvédique, pour combattre les douleurs et les spasmes gastriques, les coliques, la diarrhée et les flatulences. On l’utilise aussi comme anti-inflammatoire, antalgique et stimulant de l’humeur. Les graines croquées après le repas facilitent la digestion et rafraichissent l’haleine, en particulier pour éliminer l’odeur d’ail.

L’odeur de la cardamome est puissante et riche, ce n’est donc pas un hasard si l’épice entre dans la composition des parfums, et ce depuis le métopion, parfum antique décrit par Pline. Dioscoride à la même période, écrit que son parfum est si puissant que le respirer peut faire accoucher prématurément les femmes. Aujourd’hui, on retrouve la cardamome dans des parfums modernes, auxquels elle amène des notes épicées, boisées et camphrées, comme  « Pour monsieur » de Channel ou « Pour homme» de Bulgari.

La cardamome se cultive facilement comme une plante verte, à l’intérieur. Elle apprécie des arrosages réguliers, un emplacement lumineux mais pas directement au soleil. Nous en cultivons un pied dans nos bureaux, ce qui nous permet d’étudier la plante et de profiter de son élégant feuillage.

Le Kardemummakaka (gâteau traditionnel suédois)

1 pomme
100 g de poudre d’amande
50 g de beurre demi-sel
1 œuf
35 g de farine
3 fruits de cardamome verte
2 c à s de sucre
Chapelure
Préchauffez votre four à 190°C

Ouvrez les graines de cardamome et ôtez les graines noirs qu’il y a à l’intérieur, écrasez-les dans un mortier et placez-les dans un récipient avec la moitié du sucre et la pomme coupée en petits morceaux, mélangez et réservez.

Beurrez et parsemez abondamment de chapelure vos moules.

Dans un autre récipient mettez la poudre d’amande et le beurre, travaillez avec les mains jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène. Ensuite ajoutez-y l’œuf, puis la farine et le reste du sucre. Mélangez.

Ajoutez les pommes, le sucre et la cardamome. Verser la pâte dans les moules.

Enfournez 20-25 min.

Notre effort écologique
39 698 KM
Kilomètres à vélo
électricité produite
547 519 kwh
électricité consommée