La primevère

Primula officinalis L.

Primulaceae

Les primevères en fleurs annoncent le retour du printemps et le début des cueillettes de plantes. Son nom de genre, Primula, vient du romain Primulus, qui signifie tout premier. On l’appelle aussi coucou car elle fleurit à la période où l’oiseau se met à chanter.

Elle se rencontre dans les prairies et les bois clairs, en plaine jusqu’en montagne. Elle est commune dans une grande partie de la France, à l’exception de la Bretagne et de la façade atlantique.

Dans la Drôme, on trouve d’autres primevères sauvages comme la primevère commune, Primula vulgaris, plus basse et avec de larges fleurs jaunes pâles et sans parfum, ou la primevère élevée, Primula elatior. Les primevères peuvent facilement s‘hybrider entre elles et former des plantes intermédiaires. Cela est accentué par l’hétérostylie, c’est-à-dire l’existence de deux types de fleurs (une à style court et l’autre à style long), ce qui augmente la probabilité d’une fécondation croisée.

Les fleurs sont parfumées et légèrement sucrées. Elles peuvent être ajoutées aux salades, tout comme les jeunes feuilles. Elles sont utilisées pour apaiser la toux, d’où le nom autrefois utilisé pour désigner la primevère : coqueluchon, en référence à la coqueluche qui provoque une toux très douloureuse. Les fleurs de primevères possèdent d’autres propriétés : diurétique, calmante, antalgique, antirhumatismale.

L’histoire de son utilisation est longue et variée. Sous Louis XV, elle est employée contre la paralysie et le bégaiement, puis au 19éme siècle contre l’arthrite et les rhumatismes avant de tomber dans l’oubli  puis de ressortir comme remède contre la toux durant le XXème siècle.

Les racines sont aromatiques, leur odeur rappelle l’anis, et elles possèdent des propriétés proches de l’arnica. Dans la Drôme, c’est d’ailleurs une bonne alternative à cette plante, car la primevère est abondante et l’arnica rarissime. Pour autant, la récolte doit être respectueuse de la plante pour garantir sa pérennité : bien répartie sur le site et pas plus d’une poignée de racine.

La primevère se cultive facilement au jardin. Elle attire les abeilles et d’autres pollinisateurs.

Précautions
La primevère contient des composés qui peuvent provoquer des allergies de contact, mais cela s’observe surtout chez les fleuristes qui en manipulent beaucoup. Ce risque est plus élevé avec les primevères cultivées.

Huile de primevère contre les hématomes et les coups

Récolter les racines de primevère (environ deux plants) dans un endroit où elle est très abondante.
Laver et laisser sécher quelques jours.
Couper en petits morceaux et placer dans un bocal de 50 ml environ.
Recouvrir d’huile d’olive jusqu’en haut et refermer le bocal.
Placer le bocal à l’abri de la lumière pendant 3 semaines, en l’agitant régulièrement. Filtrer et mettre dans un flacon en verre fumé en remplissant jusqu’en haut.

Notre effort écologique
39 698 KM
Kilomètres à vélo
électricité produite
547 519 kwh
électricité consommée