La sauge

Salvia officinalis L.

Lamiaceae

Pour cette première plante du mois nous commençons avec une des plus prestigieuses. Son nom latin témoigne de ses vertus, Salvia qui vient du latin salvare, sauver, et officinalis, en rapport avec les officines, c’est-à-dire les pharmacies.

Alors pourquoi commencer par le latin ? Car il n’y a pas une sauge mais des sauges et même des centaines, réparties de l’Europe à l’Amérique. Et c’est ce nom latin, suivi de l’initiale  du premier botaniste à décrire la plante en détail, qui permet d’être sûr de parler de la bonne plante. L. signifie par exemple que c’est Linné qui a fait la description de la sauge officinale.

Notre sauge est originaire de l’Est du bassin méditerranéen, Grèce, Albanie … où elle pousse dans les montagnes sèches, sur des sols rocailleux et pauvres. Ainsi pour lui conserver son arôme et ses vertus il faudra la cultiver dans des conditions proches.

La sauge est employée depuis l’antiquité, et son utilisation n’a pas faibli au cours de l’histoire. Pourquoi meurtil, l’homme dont la sauge pousse au jardin nous dit l’adage, c’est dire !

Aujourd’hui on reconnaît de nombreuses propriétés à la plante : en externe pour cicatriser, combattre les mycoses ou encore la sudation excessive. En interne c’est un tonique, digestif, qui fait travailler le foie … en tisane c’est donc un bon remède des repas trop gras et trop copieux !

Son autre action est plus spécifique sur le cycle féminin, pour favoriser la venue des règles, les soulager quand elles sont douloureuses ou encore combattre les inconforts de la ménopause. Ces actions sont dues en particulier à des phyto-ostéogènes … des composés naturels qui agissent comme les œstrogènes (hormone féminine) du corps. Pour cette raison la plante est contre-indiquée chez les enfants, pendant la grossesse et en cas de cancers du sein.

Car oui, même une plante commune peut faire l’objet de restrictions surtout sur les personnes « fragiles », enfants, femme enceintes, personnes gravement malades … Son huile essentielle est même interdite à la vente, hors des pharmacies, car elle est toxique pour le système nerveux.

Pour finir, une recette mais pas culinaire !

L’été les pieds sont soumis à la chaleur, la sueur, ce qui favorise l’apparition de rougeurs et de démangeaisons entre les orteils, des mycoses. La sauge limite la sudation et combat les champignons, une infusion de sauge, à 10g de feuille par litre, en bain de pied une à deux fois par semaine peut éviter ces désagréments !

Autres sauges couramment utilisées

La sauge à feuilles de lavande, Salvia lavandulifolia L., ou sauge d’Espagne, qui est plus petite mais également plus robuste et pousse même naturellement dans le sud de la France notamment dans le Diois (26) où se trouve l’Herbier du Diois . Elle possède des propriétés identiques à la sauge officinale.

La sauge sclarée, Salvia sclarea L.,  qui est cultivée fréquemment, en particulier dans la vallée de la Drôme. Elle possède un parfum intense qui rappelle un peu le cassis. C’est d’ailleurs surtout pour la parfumerie et l’aromathérapie que la plante est cultivée.

Notre effort écologique
39 698 KM
Kilomètres à vélo
électricité produite
547 519 kwh
électricité consommée