Un nouveau cycle pour la ville

Libération revient sur le plan d’action gouvernemental visant à encourager les déplacements à vélo, notamment dans les déplacements domicile-travail. En plus d’améliorer la santé et la concentration des salariés-cycliste, venir à bicyclette au travail signifie aussi moins de pollution de l’air et de bruit. « La Sécu gagnerait à ce que davantage de trajet domicile-travail se fassent les mains sur le guidon, les collectivités dépenseraient moins dans les infrastructures routières », écrit Gabriel Siméon. Pourtant, moins de 3% des trajets quotidien se font à vélo, apprend-on dans cet article. Parmi les mesures prises par le gouvernement : augmenter à 135 euros (contre 35 actuellement) l’amende pour stationnement sur pistes cyclables, généraliser les « sens interdits sauf vélo » dans les rues à 30km/h, créer des parkings sécurisés à l’entrée des gares, sensibiliser les chauffeurs à la cohabitation. Le plan d’action prévoit aussi d’expérimenter une indemnité kilométrique versée aux salariés qui se rendent au travail en vélo. Elle serait de 25 centimes par kilomètre dans un premier temps et serait prise en charge par l’Etat. Cela lui coûterait environ 110 millions d’euros, compensés en partie par une économie sur les dépenses de santé de 35 millions d’euros. Un système déjà en place en Belgique, aux Pays-Bas, en Autriche ou encore au Danemark. L’article cite l’Herbier-du-Diois comme un exemple d’entreprise ayant pris les devants : nous versons en effet depuis plus de treize ans une prime de 100 euros aux salariés qui n’utilisent pas de voiture pour se rendre au travail.
Notre effort écologique
39 698 KM
Kilomètres à vélo
électricité produite
547 519 kwh
électricité consommée