La ferme des Grangiers c’est 60 hectares de surface. 60 hectares dont 35 de forêts. Les vaches pâturent sur 15 hectares de prairie et dans une partie des sous-bois. Le reste des terres est destiné à la culture de petit épeautre, plantes aromatiques et médicinales. Chaque année, des arbres sont coupés et broyés. Ce travail remplit un double objectif : celui d’entretenir les parcelles, et celui de se chauffer.

Pâturage des vaches sur une prairie en friche

L’entretien des parcelles

Sans intervention de l’Homme, la forêt a tôt fait de gagner du terrain. La coupe d’arbres (1 sur 4 selon la densité de la forêt) permet d’ouvrir l’espace et de recréer ou maintenir des pâtures pour les vaches sous forme de parcours*.

Sur le long terme, le défrichage et le pâturage des prairies favorisent la biodiversité. Cela donne la possibilité à une multitude de plantes et d’animaux – insectes et oiseaux principalement – de trouver des conditions de vie favorables (ou plus favorables que dans un espace boisé couvert d’un tapis végétal homogène). Plus d’infos sur ce sujet sur cen-isere.org.

Pré entretenu par l’Homme

Le bois comme source d’énergie

Depuis une dizaine d’années, les arbres coupés sont destinés à l’alimentation de chaudières à bois déchiqueté. Le pin sylvestre et le pin noir sont privilégiés. Ils sont nombreux dans nos forêts et les vaches préfèrent le chêne ou le frêne (elles ont du goût 🙂 ). Les troncs sont ramassés avec une grumière** et transportés à la ferme grâce à Willy et ses manœuvres de génie !

Ensuite, deux solutions s’offrent à nous :

  • soit le bois est stocké pendant ¾ mois, est ensuite broyé en copeaux, puis sèche de nouveau 3 mois,
  • soit le bois est directement broyé et met 5 mois à sécher du fait de la fermentation produite. Cette technique semble plus rapide. Elle impose tout de même de disposer d’une quantité importante de bois afin de permettre cette fermentation. Aussi, nous manquons encore de recul et ne sommes pas en mesure de dire si cela altère ou non la qualité des copeaux. À suivre !

150 m3 de bois déchiqueté sont stockés chaque année (oui, il faut de la place !). Ces réserves permettent de couvrir l’ensemble des besoins en chauffage des trois habitations de la ferme des Grangiers (eau sanitaire comprise). Le surplus est vendu à quelques clients alentours.

Un cercle vertueux qui nous fait encore gagner en autonomie !

* espaces où poussent des espèces ligneuses et herbacées, consommées par les vaches
** remorque forestière avec grue.

Notre effort écologique
39 698 KM
Kilomètres à vélo cette année
électricité produite cette année
547 519 kwh
électricité consommée cette année