La grande gentiane

Gentiana lutea L.

Gentianaceae

Beaucoup de plantes se récoltent au printemps et en été, saisons des fleurs et des feuilles ; mais c’est à l’automne que se ramassent les racines, lorsqu’elles sont remplies des réserves accumulées pendant la belle saison. C’est le cas de la grande gentiane, mais aussi de la bardane, de l’angélique…La gentiane est une plante caractéristique des paysages de montagne et elle s’observe des Pyrénées au Jura, en passant par le massif central. Elle est reconnaissable par sa grande taille, jusque 1m50 et ses grandes hampes florales qui portent de nombreuses fleurs jaunes étoilées et groupées en étage.

La grande gentiane est une plante vivace qui peut vivre 50 ans et produire des racines de plusieurs kilos.

La culture de la gentiane est difficile et l’essentiel de la production vient de cueillette sauvage. La racine de gentiane est très volumineuse et il faut utiliser un outil robuste et munis de deux dents pour la déterrer qu’on appelle « la fourche du diable ».

Cette cueillette est réglementée pour ne pas mettre en péril l’espèce car celle-ci pousse lentement et peut mettre 10 ans avant de fleurir. La cueillette commence après le murissement des graines, à partir de septembre mois, ce qui permet à la plante de se régénérer.

La plante peut être confondue avec le Vératre, Veratrum album, plante assez proche mais très toxique. Comment les différencier ? La gentiane a les feuilles opposées deux par deux et le vératre a des feuilles alternes. D’autres critères permettent de les différencier même à l’état sec (même lorsque les feuilles ont été récoltées) comme la couleur de la racine et son aspect à la loupe.

Les racines récoltées sont contrôlées par notre service qualité pour éviter tout risque lié à une confusion lors de la cueillette.

La racine de gentiane est utilisée en herboristerie mais surtout pour la liquoristerie. Elle donne son goût amer à la Suze par exemple, mais aussi à de nombreuses liqueurs produites en particulier en Auvergne : Salers, Bonal, Avèze…

C’est une plante très amère, qui contient même le composé naturel le plus amer qui soit connu ! Cette amertume stimule les secrétions digestives, salive, sucs digestifs, bile … ce qui facilite la digestion, stimule l’appétit et soulage les ballonnements. Son utilisation dans les digestifs est donc toute justifiée ! Par contre la plante est contre-indiquée en cas d’ulcère gastrique car elle stimule aussi les secrétions acides de l’estomac.

Mais la gentiane possède d’autres propriétés : tonique général, stimulant de l’humeur et de l’immunité. C’est aussi une plante fébrifuge, qui soulage la fièvre, et elle a été appelée « quinquina du pauvre ». La gentiane est une vraie solution pour la fatigue hivernale et une aide précieuse pour passer la saison en bonne santé !

La racine de gentiane peut se préparer en macération à froid, 10 g par litre, à prendre à raison d’un verre midi et soir. Le goût est très amer mais il fait partie de l’action de la plante alors inutile d’ajouter du sucre ou du miel …

Il est possible aussi de préparer des boissons pour les fins de repas copieux et les digestions difficiles qui les suivent. En voici une recette, recueillie dans l’Oisans (Alpes).

Apéritif de gentiane

Faire macérer 30 g de racines de gentiane et quatre écorces d’orange dans un litre d’eau de vie (40° environ) pendant 15 jours à un mois.
Ajouter 4 litre de vin blanc et un kilo de sucre en poudre.
Remuer pendant deux à trois jours puis filtrer et mettre en bouteille
A servir frais et à consommer avec modération

Notre effort écologique
39 698 KM
Kilomètres à vélo
électricité produite
547 519 kwh
électricité consommée