Mauve sauvage

Malva sylvestris L.

Malvaceae

La mauve est une plante sauvage, bisannuelle ou vivace, fréquente dans les prairies, les friches, sur les bords des chemins et dans les jardins. Mais elle est aussi cultivée depuis longtemps, comme plante médicinale ou comme légume. Les romains la consommaient cuite, en particulier pour soulager les brûlures d’estomac provoquées par les orgies !

Pline l’ancien, dans son ouvrage « Histoire naturelle » en fait grand éloge, contre les venins et indique même « celui qui boira journellement un demi-cyathe* du suc d’une quelconque des mauves, sera exempt de toutes les maladies ».

Toute la plante est comestible : fleur, feuille, fruit et même racine. Sa feuille se cuisine comme l’épinard ou la blette : tarte, chausson, beignet. Elle n’est ni acide ni amère et convient aux estomacs ou aux intestins fragiles.
Sa fleur agrémente les salades et salades de fruit, décore les tartes ou certains plats. Attention toutefois : la cuisson lui retire sa couleur ! Le mieux est de la mettre fraîche juste au moment de servir.

Il existe différentes variétés de mauve, la plus connue étant la mauve de Mauritanie, aux fleurs plus grandes, plus colorée et qui produit une abondance de fleurs pendant tout l’été.
Une autre variété est cultivée dans le nord de la France, la mauve du Nord. Après des décennies d’une culture réputée, cette variété est aujourd’hui menacée de disparition et seuls quelques passionnés poursuivent cette tradition.
On utilise aussi d’autres espèces de mauve, comme la mauve musquée Malva moschata L. ou encore la rose trémière, Althea rosea L., aux propriétés similaires, et dont on peut manger les feuilles et les fleurs.

En herboristerie, c’est essentiellement la fleur qui est récoltée, manuellement et tout au long de la floraison. Il s’agit d’une matière fragile qui doit être séchée rapidement et bien protégée du soleil qui ternirait sa couleur, d’un violet intense une fois séchée.

Toute la plante contient des mucilages, composés naturel qui en présence d’eau forme un gel. Ce gel adoucit, protège et combat les inflammations. Elle est employée comme émolliente (qui adoucit) pour soulager la toux, la bronchite, les maux de gorge.

Les mucilages de la mauve agissent aussi sur les intestins, en libérant le transit sans irritation.
En usage externe, une infusion de fleurs de mauve soulage les démangeaisons (en compresse ou dans le bain) et peut-être employée pour l’hygiène intime.
La mauve convient à toute la famille, y compris pendant la grossesse et l’allaitement.

Les pigments contenus dans la fleur, des anthocyanes, sont très sensibles à la chaleur. Versez de l’eau bouillante et la couleur violette disparait rapidement mais faites les macérer et vous obtiendrez une magnifique couleur !
(Voir photo ci-contre).

Une tisane de fleurs pour soulager les yeux irrités ou fatigués

Préparez une infusion avec des fleurs de mauve, de sureau et de camomille.Filtrez sur un filtre à café.Une fois le mélange froid, imprégnez des compresses avec l’infusion et laisser les en place sur les yeux fermés pendant 4 à 10 minutes.
A renouveler plusieurs fois par jour..

* Une cyathe est un petit vase muni d’une anse. Une cyathe correspond à 100 ml environ.

Notre effort écologique
39 698 KM
Kilomètres à vélo
électricité produite
547 519 kwh
électricité consommée