Cynara cardunculus subsp. flavescens Wiklund
Asteraceae

Évolution du nom

Cynara viendrait du grec Kynara qui désigne plusieurs plantes épineuses ayant un intérêt alimentaire, comme l’églantier. Le terme artichaut apparait par évolution d’un terme arabe al-harchof vers l’espagnol alcachofa, puis à l’italien articiocco, et finalement au français artichaut. Cette évolution linguistique correspondant à la dispersion progressive de l’artichaut en Europe à partir de l’Afrique du Nord.

Caractéristiques

L’artichaut est une plante vivace pouvant atteindre 2 m de haut, avec de grandes feuilles argentées. Les fleurs sont regroupées en capitules de grande taille. Ces capitules sont récoltés avant la floraison et on en consomme le réceptacle floral, ou fond d’artichaut. Les éléments verts qui entourent les fleurs sont des bractées, et non des feuilles, dont la base est elle aussi comestible.

Notre artichaut d’aujourd’hui

L’artichaut tel que nous le cultivons aujourd’hui est une espèce inconnue à l’état naturel. Il résulte de la domestication d’une espèce sauvage Cynara cardunculus var. sylvestris qui a donnée deux formes différentes : l’artichaut proprement dit, sélectionné pour la taille de ses fleurs, et le cardon, sélectionné pour ses feuilles dont les pétioles sont comestibles. Ces deux formes ont été longtemps considérées comme deux espèces distinctes mais des recherches génétiques ont permis d’établir qu’il s’agit d’une seule et même espèce.

L’artichaut aurait été introduit en France depuis l’Italie par Catherine de Médicis en guise de « dot » pour son mariage avec le roi de France Henri II en 1533. L’artichaut est à cette époque considéré comme un légume de luxe.

Dans son ouvrage Le jardinier François, qui enseigne à cultiver les arbres et herbes potagères paru en 1651, Nicolas de Bonnefons considère que l’artichaut est « un des excellents fruits de tout le jardin, et recommandable non seulement à cause de sa bonté et diverses qualités qu’on lui donne mais encore pour ce que longtemps on prend des fruits sur la plante. Il y en a deux sortes, des violets et des verts ».

Il existe aujourd’hui de nombreuses variétés, particulièrement en France qui est un des principaux producteurs d’artichauts en Europe : violet de Provence, Camus de Bretagne, gros vert de Laon …

Un précieux légume utilisé en phytothérapie

La feuille d’artichaut est employée en phytothérapie pour une grande variété de troubles digestifs et métaboliques. Elle est digestive, tonique, dépurative et stimule les fonctions hépatiques et rénales. Des études récentes ont mis en évidence son activité pour maintenir un taux de cholestérol normal.

Son emploi n’est limité que par son amertume très intense. Le médecin François-Joseph Cazin dans son Traité pratique et raisonné des plantes médicinales indigènes publié en 1850 indique que « son amertume est tellement insupportable qu’à cette dose les malades ne peuvent se décider à le prendre ».

Cette amertume n’est pourtant pas sans vertu et participe à la stimulation des organes digestifs, il est donc pas souhaitable de sucrer la préparation.

Notre effort écologique
39 698 KM
Kilomètres à vélo cette année
électricité produite cette année
547 519 kwh
électricité consommée cette année
Boutique en ligne
Lancement de notre site de vente en ligne entièrement dédié aux professionnels : 80% de nos produits y sont déjà accessibles, soit 240 références.
Les commandes sont passées en toute simplicité, jusqu’à 10kg par référence, et celles-ci sont expédiées en 5 jours ouvrés.
Bonne expérience !
> Accéder à la boutique