Le chardon Marie

Silybum marianum (L.) Gaertn.

Compositae

Le chardon Marie est une plante bisannuelle de grande taille, qui peut atteindre 1m50 lors de la floraison. Ce chardon fortement épineux, aux feuilles larges et veinées de blancs, porte des capitules semblables à de petits artichauts bordés de pointes acérées. Un seul plant produit plusieurs milliers de fruits, des akènes surmontés d’une aigrette. Le chardon Marie est originaire du pourtour méditerranéen et se rencontre fréquemment dans le midi de la France aux abords des habitations et au bord des chemins.

Une légende raconte que la Vierge Marie voyageant de Judée en Égypte pour échapper à Hérode, aurait caché l’Enfant Jésus sous un bosquet de chardons, où elle lui aurait donné le sein. Les nervures blanches caractéristiques des feuilles de cette espèce seraient le vestige des gouttes de lait de la Vierge, d’où le nom de «milk thistle» en anglais (« chardon de lait ») et de chardon Marie en français.

Le chardon Marie est une plante médicinale très anciennement utilisée pour soulager les affections du foie. L’auteur romain Pline l’Ancien (23 – 79 ap J-C) recommandait de prendre le jus de la plante mélangé à du miel pour « éliminer les excès de bile ». Au Moyen Âge, on disait que le chardon Marie pouvait chasser la « mélancolie » qu’on appelait également « bile noire » et qui était associée à diverses maladies d’origine hépatique. Le médecin et botaniste italien Pierandrea Mattioli (1501-1578) indique que cette plante est « propre à déboucher les obstructions du foie et bonne dans la jaunisse ».

En 1968, on isola de la plante des molécules appartenant au groupe des flavonoïdes auquel on donna le nom de silymarine et qui est depuis considéré comme la substance active responsable des effets thérapeutiques du chardon Marie. Des études indiquent que la silymarine protège les cellules du foie (hépato-protecteur), stimule leur régénération et combat l’inflammation.
L’usage de la silymarine a été approuvé en 1989 pour traiter les intoxications hépatiques et, comme adjuvant, l’hépatite et la cirrhose quelles qu’en soient les causes (virale, toxique, alcoolique, médicamenteuse). Toute la plante est active mais les fruits présentent la plus forte concentration en principes actifs.

Le chardon Marie est aussi une plante alimentaire. Les feuilles se consomment à la manière des épinards (après en avoir retiré les épines), les jeunes tiges comme des asperges et les boutons floraux à la manière des artichauts, dont ils possèdent le gout.

Poêlée de chardon Marie
Récolter des feuilles (avec de bons gants)
Couper minutieusement les épines
Faire revenir à la poêle avec un peu d’huile d’olive et des échalotes coupées menu
Ajouter éventuellement un peu de fromage frais et des noix de cajou brisées

Chardon Marie, Silybum marianum (L.) Gaertn.
Chardon Marie, Silybum marianum (L.) Gaertn.
Chardon Marie, Silybum marianum (L.) Gaertn.
Notre effort écologique
39 698 KM
Kilomètres à vélo
électricité produite
547 519 kwh
électricité consommée