L’achillée

Achillea millefolium L.

Compositae

L’achillée est une plante des prairies et des bords de chemins, reconnaissable à ses feuilles blanches ou roses et à son feuillage très découpé, d’où son nom d’espèce millefolium, à mille feuilles.

Selon l’historien antique Pline, le héros Achille apprit du centaure Chirion les propriétés de la plante, et s’en servait pour soigner ses guerriers. La plante fut ainsi nommée achillée et ses noms populaires font tous référence à sa capacité de réduire et soigner les blessures : herbe aux militaires, herbe aux charpentiers, herbes aux coupures…

En effet, en usage externe la plante est hémostatique, cicatrisante et anti-inflammatoire. Elle est employée contre les irritations, pour soigner les blessures, les ulcères, les crevasses, les hémorroïdes…

L’achillée entre dans la composition de crèmes, de baumes ou encore de produits cosmétiques pour traiter la couperose par exemple.

Au jardin ou en balade c’est une alliée précieuse, une feuille écrasée sur une petite plaie ou une écorchure permet de stopper le saignement.

Mais qu’en est-il hors d’Europe ? L’achillée pousse jusqu’en Chine où elle est appelée shi cao. La plante y est considérée selon ses saveurs : amer, astringent et piquant  et en fonction des organes. Elle  agit sur les méridiens des reins et des poumons.  Ses tiges servent aussi traditionnellement à un art divinatoire très ancien, le yi king.

En tisane, la sommité fleurie d’achillée possède de nombreuses vertus. C’est un tonique amer, ce qui signifie qu’elle renforce l’organisme et facilite la digestion. L’amertume de la plante participe à cette action, car elle provoque un réflexe de l’organisme qui secrète plus de sucs digestifs : salive, bile… Inutile donc de rajouter du sucre ou du miel pour tenter de la faire disparaître car les propriétés diminueraient ! C’est aussi un bon antispasmodique pour les règles douloureuses ou les spasmes intestinaux.

L’achillée possède un goût aromatique assez prononcé et peut être ajoutée comme épice, sur les salades en particulier. Pour cela choisissez les jeunes feuilles, avant floraison que vous couperez menu, un peu comme de l’aneth.

Baume à l’achillée

Pour profiter des propriétés de l’achillée, rien de mieux que de confectionner un baume qui servira à soulager égratignures, crevasses, rougeurs…
Voici une recette traditionnelle … que vous pourrez peut-être rendre actuelle !
Placez dans un bocal des sommités d’achillée sans les tasser trop.
Verser de l’huile d’olive jusqu’à recouvrir les plantes et laisser pendant trois semaines.
Filtrer avec un filtre à café.
Placer dans un bol 30 ml de cette huile avec 5 grammes de cire d’abeille.
Faire chauffer au bain-marie jusqu’à ce que la cire soit fondue, remuer avec une fourchette.
Verser dans un pot et étiqueter.
A utiliser pour toute la famille mais attention certaines personnes sont hélas allergiques, à l’achillée ou à la cire d’abeille. A utiliser dans l’année et à conserver au frais après ouverture.

Confusions possibles
Les formes roses de l’achillée millefeuille sont tout aussi utilisables que la blanche, plus commune. Mais on cultive aussi d’autres espèces pour l’ornement, qui ne sont pas utilisées pour le soin.

Elle pourrait être confondue avec la carotte sauvage mais ses rameaux fleuris ne partent pas d’un même point, c’est un corymbe et non une ombelle …

Notre effort écologique
39 698 KM
Kilomètres à vélo
électricité produite
547 519 kwh
électricité consommée