Le purin d’ortie peut être commercialisé, mais selon une recette spécifique

L’arrêté autorisant la commercialisation du purin d’ortie, interdite en France depuis plusieurs années, est paru, jeudi 5 mai, au Journal officiel. La décision s’inscrit dans le cadre d’une douzaine de mesures destinées à promouvoir une alternative aux pesticides chimiques, comme le prévoit le plan Ecophyto 2018, élaboré lors du Grenelle de l’environnement. Désormais, les agriculteurs n’ont donc plus de risque d’être poursuivis s’ils utilisent le purin d’ortie. Mais pas n’importe lequel : celui dont la recette est inscrite dans l’annexe de l’arrêté. Cette recette prévoit une période de macération des feuilles d’ortie dans de l’eau de pluie durant trois à quatre jours à 18 degrés. Or, selon certains écologistes, « la macération pour obtenir une fermentation efficace prend plus de temps et nécessite des précautions particulières selon la température extérieure ». Nombre d’écologistes et d’agriculteurs demandent une modification du texte afin que toutes les préparations naturelles peu préoccupantes (les PNPP, à base d’ortie mais aussi de prêle, consoude, argile ou petit lait notamment) soient acceptées, comme dans d’autres pays d’Europe.

Source: Le Monde, 5 mai 2011; Libération 6 mai 2011

Notre effort écologique
39 698 KM
Kilomètres à vélo
électricité produite
547 519 kwh
électricité consommée