Le Foll: « les produits phytosanitaires sont comme une bombe à retardement »

Alors qu’un nouveau plan de lutte contre les insecticides doit être annoncé sous peu, Libération publie un entretien avec Stéphane Le Foll qui fait le point sur le premier plan Ecophyto. Avec une augmentation de 9,2% du recours au pesticide en 2013, force est de reconnaitre son échec : « Si le premier plan n’a pas marché, c’est qu’on a fixé un objectif trop ambitieux sans se donner les moyens de changer de modèle de production » a ainsi reconnu le ministre de l’agriculture. Exit donc l’objectif d’une diminution de 50% du recours au pesticide d’ici 2018 : l’échéance est désormais reculée à 2025. Pour cela, le ministre envisage d’encourager la rotation des cultures, la diversification variétale ou le recours au biocontrôle. « On va passer d’une agriculture intensive en intrants, en chimie, en azote, en énergie fossile à une agriculture intensive en connaissance et en innovation », affirme Stéphane Le Foll. Comment ? « On va mettre en place un dispositif expérimental de certificats d’économie de produits phytosanitaires, avec une obligation pour les distributeurs de ces produits de baisser de 20% le nombre de doses utilisées sur cinq ans. Au lieu de vendre un produit, ceux-ci seront incités à vendre plus de services, c’est-à-dire apprendre aux agriculteurs à utiliser la juste quantité ou des techniques alternatives ». Reste à savoir si les entreprises de phytosanitaires peuvent réellement être les meilleures sources de conseils pour engager l’agriculture vers une voie plus verte…
Source : Libération, Christian Losson et Carolie Schaub, 29 janvier 2015

Notre effort écologique
39 698 KM
Kilomètres à vélo
électricité produite
547 519 kwh
électricité consommée